AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le vent du désespoir (Déconseillé au coeur sensible)

Aller en bas 
AuteurMessage
Irkmael Martradyr
Zéphir
Irkmael Martradyr

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 29/11/2005

Feuille de personnage
Jeu:
Race:
Alliance: Les Vents du Paradigme

MessageSujet: Le vent du désespoir (Déconseillé au coeur sensible)   Ven 23 Juil 2010 - 19:29

(Ce topic est ouvert à tout ceux voulant s'y joindre. Par contre je ne veux pas que le topic dépasse les 5 membres donc à tout ceux intéressé à rp avec moi, poster!)

On dit souvent que le regard est le reflet de l’âme, que par celui on peut mieux comprendre une personne, comprendre ses émotions ou encore sa personnalité… Mais que cela veut-il dire lorsque le regard d’une personne est éteint… Qu’il est mort les yeux ouvert? Non pas nécessairement, seulement que l’âme se laissait disparaitre. Faut croire que presque personne n’est assez solide pour survivre à cette vision, l’elfe n’était pas une exception. Irkmael se trouvait sur le pied d’estrade de sa ville, en son milieu le royaume comportant plusieurs planche de boit entassé pour former un immense carré surélever. Il avait sur celui-ci quelques chaises renversé, une trappe pour pendre des gens et la corde juste en arrière. Une seule des chaises était sur ses quatre pattes et elle se situait directement sur la trappe et Irkmael se situait dessus. Sur la plateforme se trouvait aussi de multiple cadavre, la majorité en miette ou perforer de centaines et de centaines de flèche. Il y avait des centaines et des centaines de cadavre de soldat éparpiller un peu partout dans le royaume et pourtant ce n’était pas les pires, plus loin dans la ville vers le bourg se trouvait des milliers de villageois assassiné par chance les hommes avaient eu le moins pire destin. La majorité n’avait que la tête trancher ou encore s’était éteint d’une flèche mortelle ou avait eu la chance de baigner dans leurs sang. Si on avait le courage de rentrer dans les maisons on pouvait voir des centaines de femme attaché à des lits, complètement nue, violer et tuée. Leurs seins mutilé, leurs peau ecchymoser et puis finalement leurs gorge tranché. Les enfants quant à eu était décapité en morceau et étendu un peu partout dans leurs demeure, si on se penche d’avantage sur leurs blessures on peut facilement remarquer qu’ils ont commencer par couper les parti qui ne cause pas la mort pour tenter de la garder le plus longtemps en vie durant la décapitation. Un petit tour dans l’infirmerie maintenant, les femmes enceintes étaient maintenu au plafond par des flèches incrusté dans leur tête, leur ventre ouvert à la dague laissant pendre leurs bébés morts dans les airs tournoyait de gauche à droite au bout du cordon.

La ville n’était rien d’autre qu’un ramassis de cadavre, la population venait de chuter de 13 000 habitants à quelques centaines en une semaine. Une semaine ou les canons avaient fait feu, ou les barbares étaient rentré dans la ville en sauvage pour tout détruire. Les humaines, les elfes noirs, les orcs, les démons, les atlantes, les gobelins et compagnie c’était allier pour se massacre… Vous pensez peut-être qu’Irkmael méritait cela et que cela était son prix pour un crime et bien son seul crime était d’avoir cru au parole d’un homme et d’avoir trop fait confiance à ses confrères qui pour la plupart au lieu de l’aider s’était cacher dans un coin ne faisant aucun bruit. La moitié de la population survivante avait fuit la ville le plus rapidement possible et l’autre moitié, les fidèles ceux qui croyait en Irkmael restait cacher dans le château. L’endroit le moins ravagés du royaume et donc le plus sécuritaire. Les quelques survivants étaient nourrit par les cuisiniers du château qui comme les serviteurs s’en était majoritairement bien tirés. Pour l’instant ses êtres espéraient qu’Irkmael reprennent conscience ou du moins donne l’ordre de commencer la reconstruction du royaume, mais en trois jours rien ne c’était passer. L’elfe n’avait pas bougé d’un seul centimètre, il ne faisait que rester la à regarder l’horizon. À regarder ses confrères qui jonchaient sur le sol par millier et les troupes ennemies quant à eux n’avait perdu qu’une centaine d’homme dont la majorité tuer par lui-même dans le château. Au final il n’avait rien fait, sauver personne, détruit aucun ennemi, il n’avait que confirmer ses doutes… Il était un faible. Son grand père lui aurait certainement détruit tout ses assaillants à lui seul et son père en aurait probablement fait de même et lui… il ne pouvait que rester la à regarder les morts.

L’ambiance de la ville était atroce sans compter l’odeur. Personne n’était entré dans ce royaume depuis la guerre. La respiration de l’elfe du désert était régulière malgré la puanteur causée par les cadavres en putréfaction sans oublier l’effet pesant du soleil du désert qui semblait vouloir faire cuire cette chair morte. Aucun villageois n’avait osé aller parler au seigneur par peur que celui-ci l’exécute sur le champ. Pas qu’il aurait fait exprès, mais ses ombres semblaient agité, apeurée. Dans les ombres autour de la plateforme on pouvait remarquer plusieurs œil qui vous regardaient d’un regard glacial, aussi froid que ce sentiment atroce lorsqu’on sait que la mort nous attend. Ses ombres semblaient danser près de l’elfe, l’encerclant, le protégeant… Elles semblaient vouloir du sang. Le ciel était rouge, un mélange produit avec le sang évaporé et la chaleur des lieux surement ou encore peut-être une des malédictions lancées sur son royaume peut lui importait maintenant de toute façon. Les faubourgs était en cendre ayant brûlé durant quelques jours sans qu’une seul pluie viennent tenter de l’éteindre, l’air proche était difficilement respirable, les murs de la cité quant à eux était majoritairement effondrer ce qui donnait une allure obsolète à la porte d’entrée du royaume.

Irkmael bougea les yeux pour la première fois en trois jours. Il semblait avoir vu une forme au loin, quelques choses bouger, n’ayant pas la force, ni la volonté de croire que cela n’était pas une hallucination, mais bien quelqu’un qui se dirigeait vers son royaume. Il faut croire qu’à se niveau, ce n’est pas une forme mouvante au loin qu’il l’avait suffit à le faire sortir de son état.
Revenir en haut Aller en bas
Eldorwin
Brise
Eldorwin

Nombre de messages : 20
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2010

Feuille de personnage
Jeu: Bahagon
Race: Elfe noir
Alliance: Les Vents du Paradigme

MessageSujet: Re: Le vent du désespoir (Déconseillé au coeur sensible)   Sam 24 Juil 2010 - 16:01

Cela faisait maintenant deux semaines jours pour jours qu’il avait appris pour les attaques contre son vieil ami et l’elfe ne s’en faisait point puisque parmis toutes les personnes qu’il avait connu dans sa vie, Irkmael était sans aucun doute le plus tenace et le plus fier (même si parfois ce n’était pas à son avantage d’ailleurs…) mais malheureusement il semblerait bien que la force d’esprit et le courage ne sont pas les seuls choses à posséder pour pouvoir gagner une guerre… L’elfe venait de déménager son peuple pour l’éloigner de la guerre et celui-ci venait de s’accorder une journée de congé pour aller voir jusqu’à quel point les assaillants qui avaient osé s’en prendre à Irkmael avait été décimé dans le royaume. Il ne pouvait pas se tromper plus que ça…

Dès son entrée dans les limites du royaumes il sentit que quelque chose n’allait pas, aucun gardes ou sentinelles l’avait arrêter et il avait beau fouiller avec sa magie, il ne voyait pas de forme de vie aux alentours… Il mit cela sur le compte des gardes qui devaient s’être payer une tourné dans le bar du coin pour célébrer la victoire et il avait oublié leur tour de garde le lendemain matin… Ce genre de chose arrivait fréquemment dans son royaume et celui-ci ne réprimandait jamais sérieusement ces soldats puisqu’il les comprenait au fond… Mais il se fit la promesse de ne pas en parler à Irkmael puisque celui-ci, étant légèrement plus excessif et il les auraient probablement exécutés ou fait fouetté publiquement voir même les deux!

Il passa par la forêt pour atteindre la ville puisqu’il ne voulait pas voir personne mais surtout parce qu’il ne voulait pas s’éterniser avec le protocole qui voulait que le seigneur qui accueille un autre seigneur doit se déplacer et escorter celui-ci… Cela durerai une éternité et donc Eldorwin voulait éviter de se faire reconnaître, mais lorsque celui-ci arriva à la ville… C’est comme si le monde autour d’Eldorwin s’écroulait, les bâtiments détruits se mêlaient aux autres et il tournait en rond dans ses sombres pensées. Tu le savais pourtant tu ne voulais pas le reconnaître… Tu te cachais derrière des suppositions idiotes et tu en vois maintenant les conséquences… Non! Ce ne peut pas être réel se doit être un cauchemar, Irkmael n’aurait jamais laissé faire ça! Et s’il était mort? À ces mots, il s‘affola, se mit à le chercher avec ses yeux perçants d’elfe mais il ne trouva rien d’autre que cadavres… Eldorwin fut pris d’un violent malaise et dut se faire violence pour ne pas régurgité son déjeuner de ce matin. Il s’écria du plus fort qu’il le pouvait
: «Irkmael!» et il s’élança dans la ville en courant du plus vite qu’il le pouvait.

Finalement, il arriva à l’estrade et ce qu’il vu, il en était sur, le marquerai pour le restant de sa vie… Irkmael était assis les yeux hagards… Dieu merci, il est vivant! Il ne perçut pourtant aucun changement quand il entra dans son champ de vision et cela l’inquiéta beaucoup… Il était maintenant assez proche pour distinguer que les ombres autour d’Irkmael qu’y d’habitude préférait resté cacher était toute sortie et que celles-ci tournoyaient dangereusement autour de lui et donc tous ce qui s’approchait à moins de 25 mètres se voyaient en proie à se faire happer par ces même ombres… Il tenta alors de l’appeler mais il n’eut aucune réponse. Il fallait qu’il réussisse à le raisonner! S’étant déjà battu contre lui quand ils s’entraînaient, il était jeune et inexpérimenté, certes, mais il savait que même maintenant, il ne faisait pas le poids face à lui… Je dois le tenter! Il s’éleva une barrière magique autour de lui, bon je sais que mon bouclier peut résister à cinq ou six coups alors je vais devoir compter là dessus…

Il commença alors à marcher vers l’immensité noir qui se dressait devant lui. Il comptait sur le fait que les ombres le reconnaissent ou qu’ils se rendent compte qu’il ne leur voulait pas de mal. Mais ce plan se basait surtout sur le fait qu’Irkmael réussisse à sortir de sa torpeur au cas où les ombres l’attaqueraient (dans lequel cas il ne ferait sûrement pas long feu). Les ombres l’examinèrent et comme il s’y attendait ceux-ci se resserrèrent autour de l’estrade afin de créer une protection qu’il ne pouvait pas franchir sans les alerter. Alors on passe au plan B maintenant... Il incanta un sort qui servit à faire défléchir la lumière du soleil vers la protection afin qu’une parti en soit affaiblit et il entra dans la faille qu'il venait de créer…

Il courut vers l’estrade et une douzaine de tentacules noirs s’élevèrent alors du corps principale. Il en esquiva quatre en faisant une roulade sur le côté et les autres déferlèrent sur lui tel une pluie noire. Il se releva de sa roulade et continua de courir vers l’estrade ramassant du coup un bouclier qui traînait par terre et il bloqua deux tentacules qui se rapprochaient dangereusement de lui, il lâcha aussitôt le bouclier détruit et reprit sa course. Il eut le temps d’incanter un sort qui créa de la lumière dans sa paume et il en fit disparaître quatre qui fonçait sur lui mais il sentit que sa propre ombre, qui était derrière lui, émettais des filaments noires… Il se retourna pour y faire face mais c’était trop tard. Il reçu trois tentacules de plein fouet dans le ventre et si il n’avait pas eu sa protection cette attaque l’aurait tuer en un instant, il tenta de retrouver son souffle le plus rapidement qu’il le pouvait mais il resta sonné assez longtemps pour que cinq autres se rapprochent de lui et l’immobilisent, l’entourant tels des serpents resserrant sa proie pour l’étouffer. Il le levèrent vers l’estrade et comme si elle attendait la réponse de leur maître elles l’immobilisèrent devant celui-ci…


«Alors je vois que tu n'as toujours pas perdu la main... maintenant relâche-moi! Réveille-toi Irkmael! C'est moi! Tu ne me reconnais pas?»
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Imasaki
Brise
Sakura Imasaki

Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 01/06/2010

Feuille de personnage
Jeu: Bahagon
Race: Atlante
Alliance: Les Vents de la Sapience

MessageSujet: Re: Le vent du désespoir (Déconseillé au coeur sensible)   Mar 17 Aoû 2010 - 21:36

Une jeune femme passait par la et voyant ce qui se passait de pas très normal descida donc de descendre des cieux et d'un cou d'ailes se laissa glisser sur le vent pour attérir lentement et grâcieusement sur la terre ferme.Tout était détruit dans le village tout était fait de cendre,s'inquiètant alors pour les habitants du village ainsi que pour Irkmael et Eldorwin qu'elle avait vu s'enfoncé dans le village.Au fur et à mesure qu'elle s'approchait de l'entré du village,on pouvait voir des cadavres jonché le sol.Elle se retourna alors vers ses hommes qui l'avait rejointe:
-Fouyez chaque recoins du royaume retrouver Irkmael et Eldorwin vivant ou mort peut importe et aussi regardez si il y a des survivants moi pendant ce temps la je m'occuperais de trouver tout les blessés et les soignées
Après avoir dit ces quelque mots a ses hommes ils se divicèrent en petit groupe de un pour bien faire leur recherche.Tout était de cendre et la jeune ange avait beau vivre en hauteur et dans les nuages que cela signifiait autant qu'elle respirait bien dans la fumée et dans la cendre elle s'époumona alors:
-Sir Eldorwin,Sir Irkmael êtes vous la ? OÙ ÊTES-VOUS?Seigneur si vous plais répondez moi bon sang!!!
Elle s'enfonça dans le village qui malgrès l'effort de tous étant sans dessus dessous.Sans vraiment savoir pourquoi après une bonne demi heure de marche elle apperceva alors deux silouhette une était assise par terre et l'autre suspendu dans les air par un genre de tentacule s'approchant a petit pas vers les deux silouette qui se trouvait non loin d'elle et au fur a mesure qu'elle s'en approchait les deux silouette se distinguèrent et elle pus appercevoirent clairement a qui elles appartenaient.Ses épaules s'affaisèrent presque sur le sol et un peu inquiète pour les deux hommes qu'elle voyait.-AHHH!! NON MAIS AHH!!

Elle vit une tentacule qui tenait l'un d'eux en l'air et tandis que l'autre était assis sur les dales du dôme dans lequel elle avait pénétré quelque temps au paravant. Mais crayant pour sa sécurité et déployant ses ailes blanches qui malgrès sa blancheur ne peuvent mettre encore plus de lumière dans les ombres qui émergeait de la barrière noir qui la séparait de ses amis qui était plus loin.Alors d'un envole malgrès la douleur des ténèbres qui pesait sur ses ailes,elle s'envola et sortit une épée qu'elle avait attaché a sa taille et s'élança vers la source mais a la dernière minute se résignia voyant que le serpent se resserait de plus en plus autour de la gorge d'eldorwin,*si jamais je ne m'approche trops d'eux ce serpent de ténèbre va étouffés Eldorwin et Irkmael qui ne fait rien .*Elle laissa alors un dernier regard vers les deux hommes qui faisaient battre son coeur celui-ci était remplis de desespoire et de tristesse*Je suis vraiment désolée j'aurais tant voulu vous aidez *
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vent du désespoir (Déconseillé au coeur sensible)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vent du désespoir (Déconseillé au coeur sensible)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» relevés de la vitesse du vent
» Je veux une histoire à la Autant en emporte le vent!
» Vent d'hiver
» Fréderic Lenoir (Livres conseillés)
» Comparaison du vent entre la WS3600 et la VP2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vents du Paradigme :: Salles Publiques :: Les bosquets d'Agharta-
Sauter vers: