AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 eolonon, ange du vent

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:24

Je mets ici mes rps au cas où le forum bahagon flanche

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Sam Oct 09, 2004 4:37 pm Sujet du message: contes des vents du paradigme

--------------------------------------------------------------------------------

Par une déchirure onirique cyan un ange apparut, hiératique, l'air solennel. Des lumières dansaient autour de lui, virevoltaient harmonieusement, décrivant des arabesques ou des signes calligraphiques et cabalistiques au schéma complexe. Ses yeux changaient de couleur suivant ses émotions. Mais même quand ils avaient la teinte froide de l'acier, son regard semblait toujours doux et empli d'une étrange mélancolie. Un petit chat ailé était posé sur son épaule, un petit félorn venant du monde divin des anges. Il vous regarde l'air curieux, malicieux et candide.

Un jour un voyageur accosta Eolonon. Il voulait connaître son royaume. Eolonon l'invita gracieusement
Pour rentrer par les portes dimensionnelles, Eolonon s’envola dans le ciel à tire d'ailes vers son château suspendu dans les nuages. Le vent était une douce brise qui transportait leurs âmes à mesure qu’ils s'envolaint vers les portes du palais. Des gardes ailés étaient accostés aux portes

. Les gardes ouvrirent les énormes portes divines, pour laisser entrer les deux divinités. La salle d'entrée était vaste; l'on pourrait y mettre une vingtaines d'oliphants; le sol était marbré de blanc, avec des zébrures argentées.

Eolonon posa délicatement le voyageur qui regardait avec émerveillement les trésors du palais éclairés comme par magie par des lumières sorties on ne sait d’où. Cette lumière donnait une force à chacun, l'on se sentait transporté ailleurs tout en étant en parfaite osmose et éveillé, l'air d'être partout en même temps. Des escaliers partaient à n'en plus finir vers les hauteurs, en colimaçon ou de plein pieds qui menaient à divers étages; des couloirs partaient vers l'infini.

La pièce était habitée par toute une ribambelle d'anges, chérubins, séraphins, ou autres êtres angéliques, ils volaient au grès de leurs occupations, l'on entendait des rires cristallins qui faisaient frémir la peau et remplissaient le coeur d'une joie intense.

Une musique partait de partout et nul part, habitait les corps des occupants, les harmonies faisant réagir chacune une partie du corps, les trompettes avec leur son grave qui pénétrait au plus profond de l'âme.


Eolonon invita le voyageur sur un large balcon afin qu'il puisse laisser son regard aller au loin à l'horizon.le voyageur se penchant sur le rebord du balcon et toute Thessalie se dessinait en dessous, il releva alors la tête et fixa Eolonon dans ses grands yeux perdus dans un infini inconnu et lui dit:

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:25

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Ven Oct 15, 2004 12:50 am Sujet du message: les mondes des atlantes et des anges chromatiques

--------------------------------------------------------------------------------

"Laissez moi vous faire visiter ce palais. Il renferme des secrets ineffables, indicibles et insoupçonnables. Il est hors du temps et hors de l'espace dans l'illud tempus des anciens. Dans des alcoves sont nichées des déchirures du rêve qui mènent vers d'autres dimensions.

Une azur mène au pays des oceans et des cieux. Tout est nimbé de bleu dans ce monde, et le soleil y est éternel. Même dans la mer limpide et cristalinne, le soleil y plonge allègrement et dispense une chaleur et une clarté marine. Des tritons et des sirènes sans relache sillonnent les profondeurs de la mer abyssale, habitant de grand palais d'onyx. Toutes sortes de pierres précieuses constellent les parois des batîments: des émeraudes intenses, des diamants rutilant de milles et un feu, des saphirs à l'éclat profond, des lapis lazulis, des amethistes, du jaspe... Les spectacle pour celui qui a la chance de pouvoir voir ces merveilles emplit son coeur d'une chaleur intense, ses yeux débordant d'extase et des larmes d'émotions perlant à l'orée de sa pupille, une doucha grisante qui soulève l'âme. Chaque pierre semble receler une lumière, comme une petite flamme et l'on dit que chacune d'elle recèle l'esprit d'un ancêtre du peuple marin. Des sages oeuvrent sans relache dans les bibliothèques aux livres de platine. Des symboles inconnus y sont gravés, recelant des secrets inavoués et décrivant des mondes ignorés et impensables pour de simples mortels.

Dans les cieux , les vents sculpent les nuages en palais éthérés. Toutes sortes d'oiseaux viennent se réfugier dans des temples chimériques. Des anges chromatiques à travers des palentirs, des globes luminescents et opalescents insufflent à des mortels d'autres univers de douces pensées, muses aeriennes. Cet endroit vous charmerait, cher voyageur tant tout ce qui y regne n'est que beauté et harmonie"
_________________

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:27

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Ven Oct 15, 2004 10:27 pm Sujet du message: le monde de la fournaise

--------------------------------------------------------------------------------

Laissez moi vous présenter le deuxième monde. Dans ce monde tout n'est que rage et destruction. Un chaos permanent où souffle continuellement un vent d'effroi venu des entrailles de la terre. Le soleil y est accablant et deséche la maigre vegétation qui jonche le sol des regs caillouteux et des ergs sablonneux. L'atmosphère y est pesante tant la chaleur y est étouffante et oppressante. Des volcans en éruption continuelle deversent leur lave dans le ciel et ne cessent de grandir. Toutes sorte de créatures chaotiques peuple ce monde: des orques difformes, des gobelinoïdes hargneux, des ogres déments, des géants qui inlassablement, tels sysyphe jettent des rocs sur des insectes gargantuesques pour aller rechercher leur pierre continuellement. Des dragons rouges déversent leurs flammes sur toute créature environnante. Dans des montagnes titanesques et cyclopéennes, des nains forgent des armes aux formes étranges dans des alliages à l'alchimie connue d'eux seuls pour d'autres multivers.

Ce lieu est un monde incandescent et chaotique qui à l'instar d'un coeur qui bat très fort suit un rythme de vie frénétique et effréné

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:28

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Dim Oct 17, 2004 5:35 pm Sujet du message: le monde sylvain

--------------------------------------------------------------------------------

Le troisième monde est celui de la nature. Toute une flore autant exotique qu'éclectique y est représentée. Des roses à l'imarscessible beauté, aux dhalias noirs en passant pas des hibiscus. L'on peut y voir toute sortes d'arbres, des églantiers aux cognassiers en passant par des marroniers, et lorsque la divine lune, gibbeuse ou pleine dispense ses rayons qui révêtent leurs feuilles d'une robe d'argent et d'une luminosité laiteuse, les arbres s'animent et conversent entre eux. Des enchanteresses verduriannes menent leur conciliabule aussi et de leur lyre d'ivoire sortent de douces mélodies qui charment et envoûtent les animaux qui se rassemblent en cercle autour d'elles. Une faune bigarrée habite les forêts, du dantesque grizzli aux crocs adamantins, des lycaons carnassiers au pelage tacheté en passant par des daws zébrés d'indigo et des sifilets, oiseaux de paradis. De grands feaux des forêts gardent ce lieu paisible et animé.

Dans ce lieu viennent se recueillir des dieux pour s'abreuver aux grands lacs à l'eau de source analéptique et roborative

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:31

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Lun Oct 18, 2004 11:33 pm Sujet du message: le monde de lumière

--------------------------------------------------------------------------------

Le quatrième monde est un monde empli d'une lumière éternelle. Tout y est lumineux et transporte le coeur. Des archanges à l'armure de mithril, zebré d'or et d'argent parcourent les cieux à longueur de journée, prêt à franchir les seuils oniriques afin de livrer bataille contre diables et démons. Ils tronent dans des palais marmoréens, des cascades d'eau cristalline coulant en trombe en grand fracas sur leurs flancs, dispensant leur jugement. Au dehors des héros formés en phallanges s'entraînent au combat. Des dragons d'albâtre incantent à longueur de journée des bénédictions sur toutes les créature de cet endroit merveilleux. Au sommet de mont enneigés, des jardins suspendus permettent le repos des justes.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:31

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Mer Oct 20, 2004 8:45 pm Sujet du message: le monde des abysses

--------------------------------------------------------------------------------

le dernier monde est celui de l'horreur et de la folie. Tout y est noir et sombre. Aucun astre n'éclaire cet univers, seuls les yeux rougeoyant des crétures éclairent l'obscur monde. Tout n'ést que chaos et furie dans cet univers dirigé par les princes démons et les rois des enfers. Des succubes aux ailes membraneuse et au formes plantureuses ,comme un chat cruel avec une souris, jouent avec les prisonniers enchainés aux piloris. Dans les fleuves du styx et du lethée des ames en peine n'ont de cesse de pousser des gémissements, cherchant l'oubli et la rédemption. L'homme noir au nombre infini de masques et d'appellations collecte dans un livre en cuir humain les noms de ceux qui se damnent et de ceux qui doivent laver leurs fautes et qui échouent dans ce cloaque infernal. Une vague de folie s'empare de ceux qui errent dans ce monde. Tout n'y est qu'effroi et ténèbres abyssales

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:32

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Dim Oct 24, 2004 8:15 pm Sujet du message: le vie d'eolonon

--------------------------------------------------------------------------------

Après vous avoir décrit différents mondes accessibles dans mon palais laissez moi vous conter mon histoire. Je fus né d'une famille de tisserands et avais eu mon cisaillement à partir de mes dix huit ans. Je partais par monts et par vaux, en quête de son destin, bravant maints périls. j'avais du conquérir l'épée dumandil, un esprit étant relié à cette lame enchantée. Je dus par la suite retrouver la couronne des rois, grande relique qui permettait à celui qui la portait de pouvoir gérer tout un royaume. Le conseil des anges d'Okhmaron m'offrit alors un territoire que je gérais trente année durant avec l'aide de cette couronne des cieux. j'appris les arcanes auprès des sorciers majdars puis la nécromancie auprès du seigneur Belgaharath. Pour sauver mon royaume de la horde demoniaque, je dus partir en quête de la pierre d'oubli. Je vous relaterai plus en détail toutes mes aventures.

Ensuite le conseil d'Okhmaron me fit acceder à la divinité, et je fut envoyé en mission sur un plan de multivers, les terres de thessalie. Là je connu le grand polemarque et vergobret Donquichotte qui m'appris maintes choses chez Lupus Millenaeris. J'y connu sieur Tasslehoff, le kinder, Seigneur Drascoliole, chevalier au dragon, Arcturus, le grand elfe sombre, Lord little, mon grand ami, lord Gork le sage, le noble carnassier, seigneur Ganbann, grand diplomate, seigneur Helrun, grand drow avec son compagnon Nizzre, la liste est non exhaustive tant j'y connu de grandes figures thessaliennes. A mes début je dus lutter contre le despote et tyran Daftarn qui sévissait dans notre région. Ensuite je connu la grande guerre des nations, puis je dus croiser le fer contre nusk reborn, rencontrant un grand guerrier qui fut un grand ami par la suite, le seigneur Deadmaster. Après la seconde apocalypse je revins sur les terres bahagoniennes dans le plan de délos, créant une alliance: les Vents du paradigme et son expansion Aquilon. Là aussi je suis envoyé en mission par le conseil d'Okhmaron. Mais laissez moi vous présenter certains de mes amis de ce conseil

Un ange chromatique , tel un aigle sur un promontoire, se posa lestement sur le sol du parvis du palais. Une aura multicolore, comme à l'accoutumée l'auréolait de toute part. Il déclara d'une voix forte et assurée.

"bien le bonjour je viens du berceau éternel des némos. En effet un enseignement nous apprend qu'il faut savoir renaître à chaque instant. Un jour un homme, Nicodémus était allé voir Eolonon et lui demanda comment renaître au sein de sa mère. Il lui avait demandé s'il devait redevenir un nouveau né? Eolonon lui répondit gravement qu'il fallait prendre cela comme une image et qu'il lui fallait renaitre à chaque instant, avec le regard d'un nouveau né.Le monde des némos est l'univers des abstractions, un des codes des univers.

Un ange apparut par une déchirure du rêve rouge sombre mélée à des volutes d'un noir intense. Une succube plantureuse au formes graciles et a galbe parfait. Elle portait une armure en peau de dragon d'ébène incrusté d'ivoire de rohart. Des serpents s'animaient autour de ses bras, se lovant en mouvements lents et lascifs. Un tatouage parcourait sa peau blanche, représentant des formes chimériques et terrifiantes. Dans ses yeux noirs l'on pouvait voir derrière deux pentacles les âmes de ceux qu'elle possédait. L’ange se nommait Akhatra, gardienne des enfers.

"roooooo fait presque aussi chaud que chez moi. Quelle sensation exquise de se retrouver ici. " D'une petite bourse à sa ceinture, Akhatra y attrapa une epeire qu'elle mangea avec satisfaction et un plaisir non dissimulé.


"vaste sujet que celui de l'ombre et la lumière. L'ombre est en chacun de nous. Plus la lumière brille plus l'ombre est opaque. Donc reconnaître sa part d'ombre permet de l'exorciser et de la canaliser. "répondis-je

Un autre ange sorti d'une déchirure onirique couleur grise. Il avait le regard vide, les yeux semblant perdus au loin. L'ange avait la teinte des brumeuses limbes et une aura d'étrangeté semblait émaner de lui. Il portait une robe noire au liseré argenté avec toutes sortes de symboles écrits. Une forme noire indicible, ineffable était juchée sur son épaule. L'ange se nommait Oblivion, ange de l'oubli.

"Pour mater sa part d'ombre, il faut tuer le temps. En effet vivre dans dans le hic et nunc, le présent permet de vivre dans l'illud tempus, le lieu de nul part. Mais je ne dis pas qu'il faille tout oublier, car l'on peut oublier le passé mais le passé ne vous oublie pas.

D'une déchirure noire sortit le dernier ange, fermant le pentacle formé par les cinq anges. Celui là n'avait pas de forme précise toujours dans le flou et le vague. L'on ne pouvait distinguer son visage qui changeait, se métamorphosait continuellement . Celui là n'avait pas de forme précise toujours dans le flou et le vague. L'on ne pouvait distinguer son visage qui changeait, se métamorphosait continuellement comme un polymorphe dément.Une aura de peur rouge vermeil l'entourait, et l'on ne pouvait réprimer un sentiment d'angoisse à sa vue. Il avait une canne à la main avec à sa crosse un âne aux yeux exorbités sculpté.Celui là se nommait Eleleth ange de la folie

"Froid, terreur, glace, effroi, immobilité, espace tenace. Je connais tant de souffrances que je puis sans effort les invoquer par ces mots. Comme une spirale, l'on est condamné à revivre éternellement ses douleurs intimes."

Akhatra reprit la parole. "Je châtierai avec plaisir tous les dieux qui abuseront de leur pouvoir. Un sourire s'esquissa sur son visage si doux. J'aime faire souffrir, ça n'est que justice faîte sur des mécréants. Ils ne comprennent que le châtiment. Son visage s'anima soudain d'une haine violente, et se tordit en une grimace malsaine. Je les fouetterai, les torturerai, les brûlerai jusqu'à ce qu'ils se repentent. Je ne connais que la loi du talion et j'ecraserai la vermine avec mon talon

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent


Dernière édition par le Lun 7 Mai 2007 - 17:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:32

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Mar Oct 26, 2004 1:56 pm Sujet du message: le dragon oracle Hephren

--------------------------------------------------------------------------------

Eolonon, pendant son regne de dynaste, dans sa quarante quatrième année, alla demander conseil au dragon-oracle Hephren, maître des augures, des haruspices et de la mantique. Le soleil était haut perché et dispansait sa chaleur débonnaire, paré d'un mince filet de nuages filandreux. Chevauchant un pégase à la robe argentée, il attérit sur le parvis du temple du dragon. Le temple était d'un style architectural très particulier, tout en rondeur et ses formes onduleuses le faisait paraître comme irréel et hors du temps. Il était de marbre blanc zébré d'argent et les colonnes étaient effilées, d'un bleu azur profond avec comme chapiteau des créatures marines comme des dragons de mer et des tritons pour les orner.

Lorsqu'eolonon le dynaste pénétra dans le temple, une puissante paix interieure le submergea. Il ressentait joie et béatitude, comme s'il connaissait le kief et l'ataraxie. Le dragon d'albâtre trônait au centre d'une salle éclairée par des lanternes roses avec des flammes bleues. le dragon était gargantuesque, ses yeux étaient opalescents et semblait empli d'une profonde sagesse.Eolonon s'agenouilla devant le dragon en signe de profond respect

"bien le bonjour dragon-oracle Hephren, j'aimerais vous poser quelques questions. Pouvez vous me dire tout d'abord qui êtes vous réeelement"

le dragon d'une voix forte et tonitrante lui répondit:

"Je fais parti d'une race qui régna jadis ici. Dorénavant nous dragons rêvons. Nous nous rêvons nous même et lorsque par un puissant souhait nous remontons le temps, nous revenons dans nos rêves et la réalité, arpentant gaiment les couloirs du temps. Nous rêvons toutes les réalités et nos rêves sont en interconnexion avec d'autres rêves et réalités d'une manière subtile et paradoxale. Un goût d'éternité dans notre palais. Nous sommes le passé, le présent et le futur."

"Quels conseils pouvez vous me dispenser, grand maître"

"tu devras étudier l'herméneutique et les écrits Kabbalistiques pour faire des éxégèses dans les tours d'ivoire ou des sages de lim-du et des sorciers sybarites étudient sans relache et compilent maints savoirs et te feront apprendre par l'heuristique et la maïeutique. Tu apprendras à te différencier du plérome et graces au symboles tu réalisera tes archétypes en suivant ton intuition, ta perception esthétique pour la sensation, ton intellect pour la pensée, et ton jugement de valeur pour tes sentiments . Tu étudieras l'ontologie phenoménologique, l'oniromancie et la polémologie avancée pour connaître de nouvelles stratégies
_________________

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent


Dernière édition par eolonon le Lun 2 Mar 2009 - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:33

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Mar Oct 26, 2004 9:42 pm Sujet du message: Séraphin

--------------------------------------------------------------------------------

Dans sa cinquantième année, Eolonon qui avait appris les arcanes d'un haut mage, s'en alla en quêtes d'ingredients pour ses sorts dans la cité cosmopolite de taghara, l'ancienne. Cette cité était gérée par un conseil de mages, de clercs, de nobles et de corporatistes. Les charmes de la ville l'enchantaient et l'envoûtait, il n'avait de cesse s'arrêter devant les échoppes tenues par des marchands vantant les qualités de leurs marchandises et avides de pouvoir se faire un pécule pour la journée. Un tel voulais lui vendre un pseudo dragon aux écailles ambrées, un autre un cube très particulier avec des couleurs sur chaque côté, véritable casse tête et remuant les méninges...Au détour d'une ruelle, dans le dédale de la cité, eolonon fut supris pas une voix "coucou". Il ne savait d'où provenait la voix, il lui semblait qu'elle s'insinuait dans sa tête ou tournoyait autour de lui."ze zuis là".

Un petit chat ailé voletait allégrement autour d'eolonon. Telle une apparition, il était nimbé d'une aura de féérie, semblant provenir tout droit d'un rêve profond. Il gazouillait allègrement, tirait la langue à qui mieux mieux, clignait des yeux d'une façon mutine et se mouvait d'une façon sémillante. Son pelage semblait plus doux que le velour et était de la couleur de la robe des cygnes. "hi hi bonzour noble zeigneur, ze me nomme Zeraphin, petit ange félin du huitième ciel d'Alanakh"intrigué eolonon haussa les sourcils, la mine interrogative"Pourquoi apparais tu devant moi petit ange"de sa voix douce et fluette le petit felorn répondit"z'ai été envoyé par le conseil d'Okhmaron afin de t'accompagner dans tes voyages, être leur voix et te guider"

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent


Dernière édition par eolonon le Lun 2 Mar 2009 - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:33

Posté le: Mer Oct 27, 2004 12:17 am Sujet du message:

--------------------------------------------------------------------------------

Anarane était une succube fort connu et fort apprécié dans les plans infernaux. Elle était est plantureuse aux formes parfaites et était callipyge au formes invitant à un voyage lointain et plein de surprises. Ses yeux étaient noirs de jais et furibonds qui tétanisait faisant ressentir de puissant tremblements à ceux qui osaient plonger dans son regard qui coupait et fendait comme un dard, semblant lancer des éclairs noirs. Toute de cuir vêtue, un chat à neuf queues (un fouet à neuf lanières) était à sa ceinture. Ses cheveux noirs d'ébène aux mèches rouge sang tournoyaient autour de sa tête comme autant de serpents frénétiques à la langue acérée. Ses douces mains caressaient à loisirs en des mouvements électriques avec des ongles pour griffer et lacérer ses victimes dans un jeu cruel et pervers comme un chant arrachant des pattes d'une sauterelle. Sa voix mélodieuse au premier abord s'insinuait lentement dans la tête de la victime comme une berceuse, chant d'une sirène qui s'immisçait dans l'esprit insidieusement, doux poison mortel pour posséder l'âme de ses proies

Dans la cité de Taghara, alors qu'Anarane folâtrait dans les rues, elle remarqua un être avec une curieuse aura. Elle en avait rarement vu de semblable avec toutes les couleurs rassemblées et cela attisa sa curiosité. Elle s'amusa tout d'abord à lancer un sort de charme personne comme elle avait l'habitude de le faire comme des eshvas des démones d'un autre plan mais le sort échoua à sa grande surprise. Elle accosta alors l'être chromatique. Celui ci avait un regard tendre et doux mais empreint d'un profond mystère qui la subjuguait.

"Bonjour Anarane".

Il connaissait son nom! De sa voix de miel elle lui répondit

"je me nomme Anarane, puissante succube des plans infernaux et vous qui êtes vous?"

Une légère brise caressa le visage de la succube et démêla ses longs cheveux soyeux.

"Je me nomme Eolonon, ange de miséricorde et du vent

pouah rétorqua t'elle

La miséricorde c'est pour les faibles et les misérables"

Ne soyez pas trop prompte à l'anathème, car en chaque être recèle une flamme qui ne faut éteindre

La succube était amusée par tant de naïveté. Mais elle était séduite par les yeux de l'ange qui semblaient receler maints mystères...

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent


Dernière édition par eolonon le Lun 2 Mar 2009 - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:33

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Dim Oct 31, 2004 12:44 am Sujet du message:

--------------------------------------------------------------------------------

Eolonon dans sa quatre vingt dixième années fut appelé par les grands sages de son royaume. En effet la fille du roi Mandorn du pays d'Ayos et de la reine Oberane, Medusa Sophia était maudite par un puissant esprit du Shéol, des enfers. Cet esprit nommé Ekhala changeait la réalité en défaveur de sa victime qui devenait ainsi paranoïaque et schyzophrène. Medusa Sophia pleurait des larmes de sang et devenait folle depuis. Tout le royaume pleurait avec elle et sans cesse le ciel deversait des trombes d'eau, des tempêtes renversant les navires, des ouragans arrachant arbres et maisons, le pays peu à peu subissait un déluge de sang comme pour deverser des larmes à l'instar de sa princesse.

Eolonon compatissant et versé dans les arcanes curatives prit son étalon alezan pour parcourir les noires forêts d'Elzevir et franchir les montagnes d'Auroch en direction du castel de Mandorn. Tout le royaume était sans dessus dessous, telle une vision apocalyptique, des crétaures du chaos, diables et démons en tous genres crachant leur feu funeste sur tous les habitants épleurés. Eolonon, arriva sans cérémonie au portes de la citadelle, et fût conduit avec empressement auprès de Medusa Sophia. De celle ci, telle une possédée semblait converger des forces infernales, un vortex tourbillonnant d'une manière éffrénée sous ses pieds. Sa robe blanche était maculée de sang, ses yeux semblant percés et deversant des flots de sang en des rivières continuelles. Le spectacle était insoutenable tant il représentait une souffrance et une douleur sans limites connues, tel un promethée au coeur à jamais mangé par l'aigle noir. Eolonon ne pu retenir ses larmes devant elle et ses larmes se transformèrent au contact du sang en rubis d'un rouge intense. Des sons dantesques et terrorisants semblaient provenir de lieux abyssaux et tétanisaient à des kilomètres alentours. S'y mélaient des cris et des sons inconnus jusqu'alors. Les murs de la pièce semblaient intangibles, comme frottés par des ondes obscures.Eolonon diligemment pénétra au plus profond des yeux de medusa sophia puis un éclair l'aveugla. Il sortit pantelant de la pièce, plié en deux par la douleur.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:34

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Ven Nov 05, 2004 11:37 pm Sujet du message: la rose de la princesse Ecazudra

--------------------------------------------------------------------------------

Eolonon à ses soixante ans par son vaisseau azur Narcos vint à embarquer sur l'ile de Caniope. Tout y était d'un exotisme exquis. Les fleurs et les arbres y avaient des formes incongrues avec des arbres d'où fleurissaient des livres à la calligraphie étranges. Des fleurs aux formes subtiles dont le centre représentait des visages avaient un parfum des plus pénétrant qui faisaient voyager vers des contrées oubliées lorsque l'on se penchait pour en humer l'odeur. Toute une faune des plus éclectique la peuplait, des chats au pelage zinzolin, des crabes au pinces gargantuesques, des papillons aux ailes safranées représentant des symboles magiques. Eolonon reconnaissait ces symboles et était fort intrigué. Il visita les lieux, rencontra un centaure qui le guida vers une masure membraneuse. Toute la paroi était tapissée d'yeux de toutes les couleurs de l'arc en ciel. Le spectacle était féerique tout en étant étrange comme tout droit sorti d'un songe. Eolonon passa le seuil puis monta les escaliers caoutchouteux. Il pénétra dans une pièce aux murs dorés où siégeait derrière un bureau au bois d'ébène, un homme d'une forte stature à la robe noir profond, à la chevelure blanche tel des lylas et aux yeux vairons, un oeil bleu et un oeil marron qui semblaient pénétrer au plus profond de l'âme, incisifs comme des rasoirs. Son visage était émacié presque exsangue. Il parla à Eolonon d'une voix cristalline qui comme un echo restait longtemps imprimé dans la tête, donnant un air solenel au discours:

"Bonjour Eolonon, nos routes devaient se croiser, j'ai par l'esprit suivi toute votre route par ici car je suis Oniros, grand mage de Nepenthes, voguant dans les rêves des mortels, et tel un veneur avec sa meute je guide les rêves et y traque les ombres pour les envoyer en des contrées qui sauront les recevoir. Ma vie n'est qu'une chimère et je m'aquitte de ma tâche avec ardeur étudiant sans cesse l'oniromancie. Je serai dès à présent votre guide pour vos songes et vous saurez naviguer malgrès les nombreux écueils que vous rencontrerez. Mais ne vous éloignez pas trop de votre ombre car vous savez bien que là où réside une lumière tenace, l'ombre à l'opposé y est tenace et plus profonde. Sachez voir la voie de l'équilibre et vous saurez dessiner les contours".

Eolonon d'une voix grave qui tel une vent marin semblait emplir toute la pièce dans ces moindres recoins, promesse d'un ailleurs et de doux lendemains.

"Salutations Seigneur Mage Oniros, je suis heureux de vous rencontrer et je pressentais que j'echouerai sur votre île. En effet les signes était d'une clarté évidente, car depuis ma prime jeunesse mes rêves sont hantés par une demeure ressemblant à celle ci toute d'yeux enveloppée et cela ne me surprend guère de vous rencontrer".

Oniros s'amusant avec un étrange objet en or et en argent, sorte de sextant aux formes alambilquées avec plusieurs pentacles tournoyant en orbites s'entrecroisant. Eolonon cherchait l'utlité de cet objet et en vint à la conclusion qu'ils servaient en astrologie et dans l'étude du chemin onirique de ses âmes. Il se leva de son siège d'ébène et d'un geste gracile empoigna un lourd objet en forme de cloche et le tendit à Eolonon.

Une rose tronaît dans la cloche de verre. Elle irradiait telle un petit soleil et avait une couleur d'un rouge profond à la bordure dorée. Eolonon était ébloui par tant de beauté et un frisson d'extase parcouru tout son corps. Un sourire semblait s'ouvrir dans son coeur et le faisait se consummer d'un bonheur non retenu.

"Quelle fleur magnifique, je n'en avais vu de pareil. Elle me fait penser aux joues rosées de Freya, une tendre et douce que j'ai connu en mon royaume de Mirkla" Eolonon laissa aller son vague à l'âme l'emporter vers des régions de son passé qui le faisait revivre tous ces moments sublimes.

Oniros lui sourit d'un air énigmatique mais empli d'empathie.

"Cette rose est promise à la princesse Ecazudra qui veut refleurir son jardin car son royaume est abîmé par la sècheresse à cause d'une mélédiction d'un efrit qui sévit en son royaume. Je vous demande de lui remettre cette fleur en main propre. J'ai toute ma confiance en vous, les vents sauront vous mener à bon ports vu vos liens étroits avec eux. Mais prenez garde au serpents de mers qui crachent des jets de noir poison. Ils sont des plus nombreux dans nos mers. Je vous donne cette amulette et cette corne d'ivoire qui saura les charmer et les hypnotiser. recitez cette formule "anakzar mortua, eneazar ektra" et ils se mordront la queue. "

oniros s'avanca vers Eolonon et l'étreignit en une accolade fraternelle.

"Je suis heureux de vous avoir enfin rencontré seigneur Eolonon. Nos chemins se recroiseront je le sais et en de bons auspices."

Eolonon subjugué par son aura onirique, s'agenouilla en signe de respect puis reprit le chemin du retour éscorté par le centaure qui l'avait guidé. Le soleil commençait à se coucher et le ciel semblait s'embraser en un brasier violet, magenta et rosé, les nuages représentant des anges, seraphins et chérubins affublés de puissant glaives, offrant un air épique à la voûte celeste. Des étoiles apparaissaient l'une après l'autres, s'attroupant en constellations inconnues d'Eolonon. La timide lune fit son apparition, dispensant une luminosité laiteuse et revêtant l'armure d'Eolonon d'une couleur moirée.

Eolonon à la proue de son navire rêva longuement de sa rencontre avec Oniros et prit une flûte en argent dans son havresac pour en sortir des mélodies aux harmonies en adéquation avec ce lieu irréel. Le lendemain, il partirait écumer les mers et remplir sa mission assignée.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent


Dernière édition par eolonon le Lun 2 Mar 2009 - 16:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:34

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Dim Nov 07, 2004 12:12 am Sujet du message: rencontre avec Oblivion

--------------------------------------------------------------------------------

Eolonon un jour en l'an trois mille quatre cent trente trois dans le calendrier d'Ellipsos, le roi-dieu de migdard, errait dans un cimetierre à l'architecture paienne. Des dragons aux yeux exhobités le fasninaient, des gargouilles au sourire malicieux et carnassier semblaient lui rire au nez. Des ombres se mouvaient en danses lascives dans la brume, êtres éthérées semblant sortir des catacombes. Eolonon entendit une sombre mélopée au loin avec des feux follets qui tournoyaient autour d'une stelle. Des êtres aux formes biscornues, à deux têtes et aux corps en lambeaux invoquaient un démon, sûrement un démiurge maudit emprisonnée dans le schéol. Eolonon découvrit son proitrail pour laisser filtrer une lumière éclatante qui dispersa l'attroupement, se cachant les yeux avec le manche de leurs guenilles, aveuglés par la lumière pénétrante, partant dans des cris d'effroi.

Eolonon parcouru les stelle et recherchait un nom. Il le trouva dans un des recoins du cimetierre, sur une stelle négligée et poussiéreuse. L'épitaphe était peu prolixe:"oblivion 530-654". Eolonon dit quelques mots dans une langue inconnue, incantantation avec seulement des voyelles. La stelle s'ouvrit en deux, laissant découvrir un long corridor avec des toiles d'araignées tapissant le couloir. Des rats circulaient en tous sens, leur cerveau était démesuré et ils avaient un oeil rouge sang.

Eolonon, son orbe au poitrail éclairant le couloir longea les mur puis décrouvrit un passage secret. Un pan de mur bascula et il pénétra dans une salle éclairée pas mille bougies. Il vit une ombre grise qui s'approcha de lui et Eolonon pit distinguer un être tout droit sorti des limbes, tout de gris vétu, au cheveux poivre et sel et au yeux gris tel des miroirs. Il parla à Eolonon d'une voix neutre dans une langue des morts

"Bonjour Eolonon, je suis heureux de vous voir. Je vous attendais, nos chemins devaient se croiser. Depuis ma mort annoncée j'écris ce livre et comptabilise le nombre de morts du royaume et en recense les noms" Oblivion montra un livre en cuir humain et au feuilles en velin.

"Je suis gardien de l'oubli car l'oubli est necessaire pour les mortels qui ne doivent connaître toutes choses. De plus lorsque les mondes s'entrecroisent par une erreur provoquée par des mages arrogants et outrecuidants, je me dois d'envelopper le monde d'une vague d'oubli. Mais à certains comme vous les secrets du temps sont réservés. Je m'en vais vous reveler le secret du mirroir"

"Regardez cette ombre de femme" Une femme apparut, les contours comme déssinées par un peintre impressioniste, impalpable. Elle se mirait dans un miroir et semblait atirée par son reflet, ne cessant de vanter sa beauté.

"Regardez la bien c'est l'allégorie de l'orgueil et de la vanité. Cette femme est dans son sollipsisme et narcissique et ne cesse de s'affubler des noms des déesse les plus belles. Cette représentation n'est qu'une allégorie. Les êtres avec trop de superbe ne s'aiment qu'eux même. Regardez son reflet"*

Une méduse aux cheveux de serpents semblait jeter des éclair dans le reflet. Elle était entourée de fumée qui en volutes se torsadaient autour de la créature.

"Le miroir est un fort symbole, Derrière le miroir se cache maints secrets et mon miroir montre l'ame des êtres"

Oblivion d'un geste lent et précis transforma la scène. L'ombre était remplacée par une femme à la peau bleue. Une cyan venu d'univers lointains. Elle était belle et proportionnée et dans le miroir semblait réflechir à son existence. Dans le reflet s'esquissait un univers féeerique, peuplé d'une faune des plus barriolée. Le psyché semblait comme un lac à l'eau pure.

"Cette femme a gagné le droit de pouvoir vivre ses rêves car elle est arrivée à un stade d'équlibre optimum. Je l'observe depuis longtemps et un conseil d'anges permet son passage"

La femme toucha le miroir qui au contact de la main faisait des cercles concentriques tels des ondes. Elle s'echappa de la réalité.

d'un revers de la main, Oblivion fit disparaître la scène

"La réalité n'est pas toujours ce qu'elle semble être. Mais nous nous devons de vivre avec notre temps. Le conseil des anges me permet d'ordonner et de pouvoir grace à mon don d'oubli de replacer chaque chose à sa place. D'autres univers existent dans l'astral mais il nous faut être les bâtisseurs des univers afin qu'ils aient de solides fondations. Je vous enjoins à suivre cette voie, Eolonon.


Eolonon fit une genuflexion puis salua gravement Oblivion

"Je vous remercie de ces enseignement et reviendrai vous voir afin de parfaire mon initiation."

Eolonon dans un souffle quitta l' hypogée obscure. Dans le cimetierre une aube se levait, le soleil revettant de rose un amas de nuage. Des corbeaux croissaient semblant célébrer cette rencontre et des engoulevents pepillaient et s'echappait au firmament, psychopompe des âmes qui erraient dans le cimetierre

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent


Dernière édition par eolonon le Lun 2 Mar 2009 - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:35

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Jeu Sep 23, 2004 2:19 am Sujet du message: Oniros est l'orateur d'une prophétie

--------------------------------------------------------------------------------

Un ange entra dans la salle sans un bruit, le pas léger et alan. Un nuage enveloppait et drapait l'être de différentes couleurs, passant du bleu azur, au rouge vermeil et au violet zinzolin, à l'instar d'une aura. Ses yeux étaient comme deux miroirs, deux pupilles de chrome, comme de l'acier trempé venant des forges. L'ange s'agenouilla devant la déesse Eärwen en signe de respect

"Bonjour noble Dame. Je me nomme Oniros, ange onirique. Votre renommée dépasse maintes frontières et je suis heureux de pouvoir vous servir car je partage vos valeurs de justice.

De plus je protège des bosquets oniriques, les bosquets d'Agharta, un des paradis des ménestrels et j'aimerais vous faire connaître ce lieu, à vous ainsi qu'à vos amis

Les bosquets d'agharta forment un havre de paix bucolique pour les ménestrels, trouvères et troubadours. Par une subtile métempsychose, des sylphides les protégeaient, parés de leurs habits de feuilles, les yeux bridés vert émeraude. Ce lieu n'est qu'illusion, un rêve fugace mais est réel si l'on sait purifier son âme. Il suffit d'y croire et d'avoir une plume lyrique afin de connaître ses bienfaits et goûter ses délices. Certains chevaliers fatigués des longs combats peuvent s'y reposer.

Une tour d'ivoire trônait à l'orée des haillis avec des sages qui y étudient des sciences occultes et ésotériques pour l'équilibre des forces dans des univers.

Le bosquet était habité par une flore et faune multiple et éclectique

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:36

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Mer Sep 29, 2004 2:29 pm Sujet du message: la prophétie d'après oniros

--------------------------------------------------------------------------------

Une prophétie annonçait la venue de dame Eärwen, la dame blanche. Un destin incomparable allait advenir pour cette grande reine qui saurait guider ses chevalier vers la victoire contre l'injustice, contre l'iniquité et l'ignorance.



Mais le chemin était semé d'embûches, c'est pourquoi cette destinée était ténébreuse car en elle résidaient des noirceurs, des opacités qui l'obscurcissaient. Pour ne pas connaître l'hubris honnie, dark destiny devrait lutter, glaive à la main. Dame Eârwen dirigeait ses chevaliers avec une poigne de fer dans un gant de velours.

Celle-ci possédait deux lames, l'une blanche et étincelante, une alfange liée à l'âme de l'ange yurismaeg, l'autre une vorpale, lame démoniaque et vampirique dans laquelle était enfermée l'âme de Lethiroth, une déesse arachnoïde.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:36

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Mer Sep 29, 2004 4:07 pm Sujet du message: Issak première épreuve

--------------------------------------------------------------------------------

La dame blanche rencontra un bel homme, Issak de son prénom. Il avait la peau mate, son regard rutilait, comme deux rubis enchâssés dans un crâne de bronze. Eärwen toisa l'homme de bas en haut, qui fier et plein de morgue esquissait un rictus en l'observant. Nonchalamment (quelle erreur...), l'homme lui tendit une coupe empli d'une liqueur rouge sang"

bonjour dame blanche, j'aimerais pouvoir vous faire goûter ce délice, qui enivrera votre coeur et votre corps".
Dame Eärwen, non dupe de la perfidie de l'homme, prit la coupe et la laissa choir par terre. Elle se brisa en mille morceaux, les bris de verre jonchant le sol et se mêlant au liquide rougeâtre.

"Que nenni je ne boirai de cette coupe, votre poison ne se distillera pas dans mes veines".

Le visage de l'homme devint ombrageux puis se contorsionna en vilaines grimaces affreuses pour se transformer en visage reptilien. Tout son corps se métamorphosait en dragon rouge, les muscles se nouant et se dénouant comme des serpents visqueux.

La dame ne s’effaroucha pas et, ambidextre, elle dégaina ses deux lames, l'une blanche étincelante, l'autre noire ténébreuse. Une mélopée lancinante s'échappait de celle ci tandis que de celle là semblait chantonner une douce mélodie. Le dragon fulmina, cracha un flot de flamme qui se déversait en torrent. Mais la déesse esquiva diligemment et lestement puis asséna un premier coup d'estoc avec l'épée angélique. Le dragon souffrit ardemment, laissa échapper un cri rauque semblant sortir de ses entrailles puis tenta de la renverser d'un coup de sa queue. La dame incanta un sort, sans bouger un seul membre ni articuler un seul son. Elle se téléporta sur la tête de la créature infernale. Puis avec force embrocha la bête avec sa vorpale, qui gémissait de plaisir en aspirant toute son énergie.

Le dragon agonisa en un cri plaintif qui résonna sur bien des lieues à l'environ. La robe immaculée de la reine s'empourpra. La dame, satisfaite descendit prestement du dos du dragon, puis fit venir ses servants afin de le dépecer. La viande nourrirait un village entier et sa peau ferait une armure que la déesse porterait avec fierté.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:37

Eärwen
Incompétent


Inscrit le: 11 Sep 2004
Messages: 35

Posté le: Lun Oct 04, 2004 12:14 am Sujet du message:

--------------------------------------------------------------------------------

*Deux anges apparurent devant l'esplanade devant le château de Chaos. Un ange au regard vide tout d'abord, les yeux semblant perdus au loin. Il avait la teinte des brumeuses limbes et une aura d'étrangeté semblait émaner de lui. Il portait une robe noire au liseré argenté avec toutes sortes de symboles écrits. Une forme noire indicible, ineffable était juchée sur son épaule. L'ange se nommait Oblivion, ange de l'oubli. L'autre ange n'était autre qu'une succube, à la forme envoûtante et terriblement sensuelle. Elle portait une armure en peau de dragon d'ébène incrusté d'ivoire de rohart. Des serpents s'animaient autour de ses bras, se lovant en mouvements lents et lascifs. Un tatouage parcourait sa peau rouge, représentant des formes chimériques et terrifiantes. Dans ses yeux noirs l'on pouvait voir derrière deux pentacles les âmes de ceux qu'elle possédait. L’ange se nommait Akhatra, gardienne des enfers.

Eârwen était née enfant, dame blanche, une âme d’enfant emplie de pureté telle le nouveau née….Plusieurs années s’étaient écoulées depuis sa renaissance Elle avait du affronter plusieurs épreuves déjà .

Elle avait du affronter le dragon Issak, réveillant son côté sanguinaire, carnassier et vengeur contre le dragon. Elle était ainsi devenue la dame rouge. Bientôt le Combat Ultime arriverait, le moment ou elle devrait affronter la horde des démons et le dragon de Tiamat puis enfin l'esprit des sept.

Elle devrait partir en quête des joyaux analeptiques qui lui permettraient de contrôler les éléments, la nature, le néant et la lumière. Dans cinq univers oniriques, elle devrait recueillir les pierres, un saphir pour l'eau et l'air, un rubis pour la terre et le feu, une émeraude pour la nature, un jais pour l'obscurité et une perle pour le monde de la divine lumière. Les pierres seraient enchâssées dans une orbe faites d'or et de platine par des nains laborieux dans les entrailles abyssales de montagnes infernales.

Cette orbe lui permettrait d'affronter un démon, Nekelhe, puissante incarnation d'un mal puissant qui sévissait sur les terres de Thessalie.

Les sept esprits qu'elle devrait affronter ensuite à travers le temps et les plan dimensionnels sont les esprits des anciens:les quatre esprits élémentaires: l'esprit de la terre, du feu de l'eau et de l'air, l'esprit du de l'éther dans lequel elle devrait voyager, l'esprit astral et enfin le redoutable esprit du temps


Elle devrait alors affronter la horde des démons et les maîtres du mal, au nombre de trois. Durant ce combat qui durerait sept jours et sept lunes, les lacs seront asséchés, des tremblements de terres feront s'écrouler des tours, le tonnerre rugira, les éclairs seuls illumineraient la terre par intermittence dans le ciel opaque et inquiétant.

Eärwen accomplirait ainsi la destinée ténébreuse, permettant à une aube nouvelle enfin de s'étendre sur les terres thessaliennes.*



La mal autre fois vaincue renaîtra de ses cendres…
Il prendra l’habit de l’homme et marchera avec les innocents.
Alors … La terreur s’emparera du cœur des peuples.
Rien ne pourra s’opposer à cette nouvelle ère de nouvelle guerre.
Les générations seront prises dans d’éternels conflits.
Et tous espoirs leurs deviendront interdits...

Il mènera la guerre contre les forces du bien et des armées de lumière se dresseront devant lui.
Les justes frapperont les maudits et netterront le siège devant les portes de l’enfer…

Mais il prendra la paix d’entre les peuples et ravagera leur terre…
Les seigneurs de la haine remontront sur leurs trônes et les feux de l’enfer dévoreront toutes choses!

Leurs vengeances s’inscrira dans la chair…
Et du cœur des innocents, jailliront des torrents de sang…


Si vous pouvez être dur sans jamais être en rage
Si vous pouvez être brave et jamais imprudent
Si vous savez être bon, si tu sais être sage
Sans être ni moral ni pédant...

Si vous pouvez être amant sans être fou d’amour,
Si vous pouvez être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre

Si vous savez méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver sans laisser ton rêve être ton maître
Penser sans n'être qu’un penseur…

Alors les Rois, les Dieux, la chance et la victoire
Seront à jamais vos esclaves soumis
Et ce qui vaut mieux que les rois et la gloire... "

*Un grand hippogriffe atterrit lestement sur le marbre de l’esplanade, faisant claquer ses sabots sur le sol comme autant de coups de tonnerre brisant le silence opaque de la tension due à la guerre. Son plumage et ses pennes avaient un émail, un coloris des plus bariolé affolant les corbeaux alentours peu habitués à un tel étalage de couleurs criardes chez ces immenses cousins. La cavalière, dame Earwen un à la silhouette élancée descendit prestement de sa monture ailée. Seule la teinte verte de son écu tranchait avec ses habits noirs qui lui donnaient un air mystérieux et ténébreux. Elle portait un carquois en bandoulière et des flèches à l'empenne d'un vert intense dépassent de son épaule et semblent être faites dans un bois dans un bois d'ébène.
Eârwen s'allongea tout du long, sur le sol. Les anges déclamèrent alors un rituel afin d'opérer la métamorphose de dame Eärwen le rouge en Eârwen la dame elfique sombre. Leurs mains décrivaient des arabesques, en des gestes à la fois lents et précis. Eärwen sans un cri, se transforma devant les regards ébahis des badauds. Akathra tatoua un signe sur son front symbole du lien qui l'attachait à la prophétie des ténèbres.



Le destin était scellé. Les anges s'envolère sans un mots dans un royaume invisible à l'oeil nu. Dame Eârwen éperonna sa monture et s'envola vers sa destinée*

Coopération d'Eärwen et Oniros

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:38

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Sam Oct 09, 2004 3:38 pm Sujet du message:

--------------------------------------------------------------------------------

Un jour, un chevalier, seigneur kwizar vint à la rencontre de l'ange Oniros. Celui là voulait demander à celui ci quelle était sa conception de la vie et voulait entendre son enseignement. Oniros, drapé dans un nuage étheré, répondit dans un langage à la fois rauque et mélodieux, langage propre aux anges du conseil d'Okhmaron.

"bien le bonjour seigeur Kwizar, je viens du berceau éternel des némos. En effet un enseignement nous apprend qu'il faut savoir renaître à chaque instant. Un jour un homme, Nicodémus était allé voir Eolonon, un de mes amis et lui demanda comment renaître au sein de sa mère. Il lui avait demandé s'il devait redevenir un nouveau né? Eolonon lui répondit gravement qu'il fallait prendre cela comme une image et qu'il lui fallait renaitre à chaque instant, avec le regard d'un nouveau né.Le monde des némos est l'univers des abstractions, un des codes des univers.
Mais permettez moi de vous présenter quatre de mes amis.

par une autre déchirure, cyan celle là, un autre ange apparut, hiératique, l'air solennel. Des lumières dansaient autour de lui, virevoltaient harmonieusement, décrivant des arabesques ou des signes calligraphique et cabalistiques au schéma complexe. Ses yeux changaient de couleur suivant ses émotions. Mais même quand ils avaient la teinte froide de l'acier, son regard semblait toujours doux et empli d'une étrange mélancolie. Un petit chat ailé était posé sur son épaule, un petit félorn venant du monde divin des anges. Il vous regarde l'air curieux, malicieux et candide.

"vaste sujet que celui de l'ombre et la lumière. L'ombre est en chacun de nous. Plus la lumière brille plus l'ombre est opaque. Donc reconnaître sa part d'ombre permet de l'exorciser et de la canaliser.

L'ange Oblivion sortit d'une déchirure onirique couleur grise.

"Pour mater sa part d'ombre, il faut tuer le temps. En effet vivre dans dans le hic et nunc, le présent permet de vivre dans l'illud tempus, le lieu de nul part. Mais je ne dis pas qu'il faille tout oublier, car l'on peut oublier le passé mais le passé ne vous oublie pas.

D'une déchirure noire sortit le dernier ange, fermant le pentacle formé par les cinq anges. Celui là n'avait pas de forme précise toujours dans le flou et le vague. L'on ne pouvait distinguer son visage qui changeait, se métamorphosait continuellement . Celui là n'avait pas de forme précise toujours dans le flou et le vague. L'on ne pouvait distinguer son visage qui changeait, se métamorphosait continuellement comme un polymorphe dément.Une aura de peur rouge vermeil l'entourait, et l'on ne pouvait réprimer un sentiment d'angoisse à sa vue. Il avait une canne à la main avec à sa crosse un âne aux yeux exorbités sculpté.Celui là se nommait Eleleth ange de la folie

"Froid, terreur, glace, effroi, immobilité, espace tenace. Je connais tant de souffrances que je puis sans effort les invoquer par ces mots. Comme une spirale, l'on est condamné à revivre éternellement ses douleurs intimes."

Akhatra apparut d'une déchirure rouge sang et noir profond
"Je châtierai avec plaisir tous les dieux qui abuseront de leur pouvoir. Un sourire s'esquissa sur son visage si doux. J'aime faire souffrir, ça n'est que justice faîte sur des mécréants. Ils ne comprennent que le châtiment. Son visage s'anima soudain d'une haine violente, et se tordit en une grimace malsaine. Je les fouetterai, les torturerai, les brûlerai jusqu'à ce qu'ils se repentent. Je ne connais que la loi du talion et j'ecraserai la vermine avec mon talon"

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:38

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Mer Nov 10, 2004 11:32 pm Sujet du message: les bosquets d'Agharta: visite dans un lieu de rêve

--------------------------------------------------------------------------------

Oniros quitta sa maitresse Earwen pour rejoindre la glorieuse alliance des astro. Oniros profita de cet intermède pour gambader et folâtrer dans le bosquet enchanté d'Agharta. Les puissants chênes semblaient saluer son passage, lui caressant le visage de leurs feuilles, doux toucher comme un velour du satiné le plus exquis. Le soleil haut perché le rendait joyeux et la lune, cette fois ci diurne était sa voisine, coquette et souriante. Oniros entendit les rires cristallins des sylphides qui s'amusaient à chanter des airs séculaires oubliés, gorgeant son coeur d'une profonde béatitude. Des tourterelles se posèrent sur les branches de cognassiers et oniros y pu lire un signe.Il prit sa flûte et joua les notes ainsi formées par les tourtourelles. Toute la faune du bosquet s'attroupa autour de lui, bercée par la mélodie. Une chatte d'un noir intense vint se frotter contre lui et se lova à ses pieds, subjuguée. Une rose d'un rouge vermeil profond éclot à cet instant. Oniros alla humer son parfum qui l'emporta loin dans le kief. La fleur se cambra sur sa tige et lui distilla de douces paroles qui resteraient imprimées dans son coeur. Puis elle lui chanta un air aux harmonies si douces que des perles de larmes coulèrent sur les joues de l'ange onirique lui insufflant le courage d'affronter son destin d'être du rêve.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 16:39

oniros
Impotent


Inscrit le: 23 Sep 2004
Messages: 32

Posté le: Jeu Oct 28, 2004 7:24 pm Sujet du message: Akhatra gardienne du Shéol

--------------------------------------------------------------------------------

Un ange apparut par une déchirure du rêve rouge sombre mélée à des volutes d'un noir intense. Une succube plantureuse au formes graciles et a galbe parfait. Elle portait une armure en peau de dragon d'ébène incrusté d'ivoire de rohart. Des serpents s'animaient autour de ses bras, se lovant en mouvements lents et lascifs. Un tatouage parcourait sa peau blanche, représentant des formes chimériques et terrifiantes. Dans ses yeux noirs l'on pouvait voir derrière deux pentacles les âmes de ceux qu'elle possédait.

"Je me nomme Akhatra gardienne du Shéol. Je châtierai avec plaisir tous les dieux qui abuseront de leur pouvoir. Un sourire s'esquissa sur son visage si doux. J'aime faire souffrir, ça n'est que justice faîte sur des mécréants. Ils ne comprennent que le châtiment. Son visage s'anima soudain d'une haine violente, et se tordit en une grimace malsaine. Je les fouetterai, les torturerai, les brûlerai jusqu'à ce qu'ils se repentent. Je ne connais que la loi du talion et j'ecraserai la vermine avec mon talon


Mon monde est composé de neuf étages. Asmodée, le diable subtil en est un des autres gardiens. Je fais partie du conseil d'Okhmaron, conseil formé par Eolonon, ange de misericorde et du vent, Oblivion, ange de l'oubli, Eleleth ange de la folie et de la raison, et Oniros, ange du rêve et du cauchemar. Nous formons un pentacle et d'autres pentagrammes sont formées dans le conseil. Dans un lieu impampable, ineffable et indicible, à la structure complexe, nous nous réunissons afin de décider quels seront nos actes. Nous sommes envoyés en mission dans les differents univers bahagoniens. Que les flammes de l'enfer lèchent les impies et que le Rotor, le dieux stupide ingurgite les êtres vouès à la malédiction."

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent


Dernière édition par le Lun 7 Mai 2007 - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Ven 12 Nov 2004 - 19:56

Par une déchirure onirique cyan un ange apparut, hiératique, l'air solennel. Des lumières dansaient autour de lui, virevoltaient harmonieusement, décrivant des arabesques ou des signes calligraphiques et cabalistiques au schéma complexe. Ses yeux changaient de couleur suivant ses émotions. Mais même quand ils avaient la teinte froide de l'acier, son regard semblait toujours doux et empli d'une étrange mélancolie. Un petit chat ailé était posé sur son épaule, un petit félorn venant du monde divin des anges. Il vous regarde l'air curieux, malicieux et candide.

"Bonjour seigneur. Je suis Eolonon, ange de misericorde et du vent
administrateur des vents du paradigme. Nous sommes une alliance neutre prônant des valeurs d'équilibre et de respect. Seriez vous interessé par une alliance avec nous. Nous sommes contre l'abus, le farming et les charognards. Nous défendons nos alliés avec ferveur. "

L'ange s'éclipsa par une déchirure mauve. Un unique symbole éthéré comme unique trace de son passage, se dissipant peu à peu.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Mer 17 Nov 2004 - 17:54

Eolonon dans sa 999 eme année dut aller dans le royaume infernal du seigneur de maints enfers, celui au nombre infini de noms, le seigneur polymorphe qui inscrit en lettres de sang noir dans son livre en cuir humain le noms des damnés qui iront dans le shéol. Akhatra, la succube terrible gardienne de cet enfer accompagnait Eolonon. Ses ailes étaient membraneuses et dans ses yeux, l'on pouvait apercevoir des âmes déchues qui gémissaient en plaintes sourdes. Des serpents s'enroulaient autour de ses jambes et crachaient des jets de venins verdâtres tout autour de ceux ci. Des araignées montaient et descendaient sans cesse sur son corps plantureux, vision mi mirifique tant la beauté d'Akahatra était fatale, d'une imarscecible splendeur comme une rose qui ne se fâne pas, et mi démoniaque et affreuse avec la vermine fretillant sur son corps. L'homme en noir était revetut d'une simple robe, ses yeux fascinants car recelant maints secret.

"Bonjour Eolonon, votre nom est venu jusqu'à moi et je dois vous initier à des mystères séculaires. De plus je dois vous faire réaliser un rite afin que vous puissiez jouir totalement du pouvoir de l'équilibre. Je vais graver un symbole sur votre coeur qui sera le symbole de la circularité et de l'éternel renouvellement. Ce rite sera douloureux, car il suppose l'entrée en vous de toutes les ames déchues de mon royaume. Après le tatouage sacré vous devrez vous reposer quarante jours durant et jeuner tout ce temps afin de vous purifier"

Trois corbeaux croissèrent à l'unisson dans le temple noir veiné de rouge comme autant de viscères qui se tordaient lascivement en spasme, suivant le rythme régulier d'un coeur noir.

Akathra s'approcha d'Eolonon, un tison rougeoyant à la main tiré d'un feu aux flammes léchant les trois divinités. L'homme en noir psalmodia des paroles obscures, incantation qui semblait provenir des plus profondes abysses, comme sortant de la bouche d'une dhole terrible, long ver peuplant les abimes de certains astres.

Akhatra esquissa un sourire lorsque le tison pénétra la chair de l'ange. Une douleur terrible etreint alors celui ci qui ne put réprimer un cri affreux qui resonna dans tout le royaume et bien plus loin encore. Le symbole pi fit tatoué, et Eolonon laissa échapper un flot incompréhensible de sa bouche, comme sortant d'un amphigouri et d'une analecta à la fois. Un vent de tempête souffla sur les terres désolée environnante. Une fumée opaque enroula Eolonon, dessinant des volutes fantastique qui s'éleverent en colonne jusque dans les cieux. Un cyclone germait et un tremblement de terre commença à secouer le sol, Eolonon en étant l'épicentre.

Lorsque les éléments se calmèrent, Eolonon, plié en deux par la douleur s'allogea sur le sol, agonisant presque. Il avait connu la mort une nouvelle fois mais les plaies se refermèrent. L'homme ténébreux fit rentenir une nouvelle fois sa voix caverneuse.

"Va, Eolonon et que les vents de mon royaume te guident vers ton destin"

L'homme polymorphe s'enferma dans un profont silence, fit un salut avec un symbole gestuel, puis quitta les lieux. Akathra enveloppa Eolonon de ses ailes vermeilles et tous deux se retrouvèrent dans le palais suspendu de l'ange.

Tous les anges usèrent jours et nuit de leurs charmes curatifs sur l'ange, veillant pour sa guérison et entonnèrent des chants afin qu'il puisse se régénérer.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Jeu 18 Nov 2004 - 1:57

L'ange oniros dut dans sa trois centième année affronter sept creatures qui lui donnerait sept pouvoirs. Il dut aller dans le cauchemar d'un puissant diable dont les rêves faisaient trembler les royaumes de Nastarot et affolaient toutes les creatures de ce royaumes qui devenaient berseker. Un dragon rouge vomissait ses flammes ardentes sur les chaumières de pauvres serfs qui implorait leur suzerain de les secourir. Oniros fut appelé à la rescousse, versé dans l'oniromancie et erudit dans le domaine des songes.

Il alla dans le castel du diable eloknor, d'où maints éclairs s'echappaient tant la demeure était maudite. Le vent charriait une odeur nauséaonde et de putréfaction provenant des loques qui jonchaient les terres arides du royaume.

Oniros par un sésame, ouvrit les portes de ce castel puis monta les escalier à la trombe, dilligeament afin de lutter contre les forces démoniaque. Il arriva dans un chambre obscure où sept créatures dont le diable s'en donnaient à coeur joie pour faire une messe noire.

Un élémental de la terre, boueux et massif au visage inhumain frappait le sol avec ardeur, donnant le rythme de la messe noire. Une élémentale de l'eau, une ondine au visage tordue par des grimace chantonnait. Une élémentale du feu, belle et sauvage, les flammes rougeoyant sur tout son corps, mélange de rouge flamboyant et de jaune vif, jetait des éclairs au centre du pentacle qui était dessiné sur le sol. Un élémental de l'air, une sorte de cyclone tournoyant sur lui même à une vitesse vertigineuse faisait tournoyer les éléments se trouvant au coeur du pentagramme. Trois mages, incarnations du mal, psalmodiaient des incantations qui faisaient vibrer les murs de la chambre, celle ci suaintant et des rivières de sang des victimes de sacrifice s'écoulant tout au long. Un démon majeur, cornu et à la gueule chargée d'une haleine putride avec l'aide du diable, supervisait le tout et tenait un mathamet à la main afin de tuer une victime suppliant du regard Oniros de la sauver de ce supplice. Le diable tenait un livre noir dans la main, lisait ave attention chaque symbole pour une puissante incocation d'un démon puissant et oublié.

Oniros savait que cela n'était pas la réalité et provenait du songe du diable et par toute une combinaison de sorts, dissipa les éléments, opposant à chacun son opposé, l'eau pour le feu et inversement, la terre pour l'air et inversement. Pour les maitres du mal, il incanta un sort qui était composé de l'inverse de leurs mots. Seul en face du démon et de l'avatar du diable, Oniros s'agenouilla, appelant à la rescousse ses anges amis. La pièce s'illumina, Eolonon, Akathra, Eleleth et Oblivion apparurent chacun auréolés de cyan et de zinzolin.

Le diable esquissa un sourire sardonique

"Pourquoi me troublez vous dans mon jeu, quoique vous fassiez je reviendrai hanter les contrées avoisinnantes"

Oniros, de sa voix fluette et mélodieuse lui répondit

"Votre reigne de terreur n'a que trop duré; vous faites fi depuis fort longtemps de nos injonctions et vous tomberez dans l'oubli après qu'Oblvion entonnera le chant du lethé. Pendant mille ans vous errerez le long du fleuve de l'oubli. Votre sort sera réeavalué alors"

le diable cracha une logorrhée qui fit se briser toutes les fenêtres du castel et des masures à l'entour

Le groupe des anges firent chacun une genuflexion et un symbole de la main, qui dissipa le démon et le diable

Chaque cadavre libéra une créature de rêve, un ange nimbé d'une aura mauve pour l'esprit de la terre. Un hippocampe aux écailles mordorées qui s'éclipsa par une déchirure du rêve azur. Une salamandre pour l'esprit du feu, strié de rouge et de jaune qui se faufila entre les jambes des anges pour partir sous la porte de la chambre. Un papillon aux ailes aux couleurs bariolées et bigarrées. Trois demoiselles bleues, des libellules qui fretillèrent et s'envolèrent au firmament. Un nuage aux formes chimériques remplaça le démon et fut aspiré au dehors. Des flagelleurs mentaux, avec leur gueules grouillantes comme autant de serpents emmenèrent l'âme du diable dans les entrailles de la terre. Sept globes luminescents jonchaient le sol, symbolisant le feu, l'eau, la terre, l'air, l'ether, l'astral et le temps. Oniros les ramassa et les rangea dans son havresac.

Le groupe des anges disparurent par une déchirure onirique violette. Une aube nouvelle se leva sur le royaume délivré et pepillèrent, chantant leur bonheur et serenité retrouvée.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Dim 21 Nov 2004 - 21:44

Séraphin aimait rêver qu'il dormait. A cette douce sensation de repos, se lover dans de doux songes sans fin et sans bruit. Il rêvait qu'il était sous le dard des rayons du soleil, cet ami si bienveillant, ce compagnon de tous les jours qui revenait le voir sans coup férir.Un nuage passait par là. Il s'amusait avec pour détendre son imagination. Toutes les idées les plus folles s'incarnaient dans les cumulus, ces chariots oniriques, ces chimères éternelles qui libéraient ses noirs démons intérieurs. Ici il voyait fretiller des poissons dans des rivières de jade aux abords de palais d'onyx. Là s'égaillaient des oiseaux fureteurs, chromatiques, curieux eux même de se retrouver dans le vif esprit de son être. Il rêvait que les nuages eux même revaient d'être balayés par les zephyr voyageant sans cesse au dessus de terres et de mers inconnues. Quelle douce sensation de sentir ce leger frais vous raffraichir l'esprit alors qu'un puissant soleil vous accable de sa chaleur débonnaire.

Lassé de des suaves plaisirs, il rêva que le soleil amorçait son coucher. On dit que le soleil va se purifier en enfer, où il va puiser dans des mers de lave son énergie bienfaitrice. A ce point du rêve, il se remémora le jour où il s'était brulé les moustaches au dessus du poëlle, et chassa cette idée de son esprit comme il en chassa les nuages du voile celeste onirique. Là, il rêva les couleurs de l'arc en ciel, dans toutes les nuances du rouge vermeil, de l'ocre jaune, du sinople, du zinzolin... le soleil s'embrasait, comme son coeur s'embrase à la vue d'une présence féminine. Le soleil allait se coucher, et il faisait de la mer son lit et sa demeure. Suprême union que celle du soleil et de la mer: voir la trainée de la mariée, reflet de son doux mari sur des vagues portées par les éoliens, leurs témoins. Alors, satisfait, le soleil s'effaçait et laissait place au froid glacé des nuits d'été, alliées du néant qui s'étend comme une ombre dans les brumes chimérique de Séraphin. Celui ci soupirait au départ de son dieu et ami, pour se délécter de la douce mélancolie qui l'envahissait. Alors, la timide lune pointa son nez, et enchanta Séraphin par sa mystérieuse luminosité laiteuse. C'était pour lui, un lac crémeux dans lequel il aimait plonger son insatiable regard. La lune, d'abord peureuse, fut vite rassurée par la présence de ce compagnon de la nuit. Elle allait le protéger, comme à son accoutumée, et nourrir ses songes les plus fous. Elle le caressait de sa douce présence. A ce moment là, Séraphin sentit poindre l'éveil dans son esprit, et les brumes oniriques s'évaporèrent au doux contact d'une main qui le caraissait.

"Séraphin, je me demanderai toujours à quoi tu peux bien rêver"

Le chat ailé, felorn, regardait son maître d'un air satisfait, s'étira de tout son long, et, ronronnant, se disait que cette vie aussi, sommes toute, était un beau rêve.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Eolonon
Créateur de population
Eolonon

Nombre de messages : 782
Date d'inscription : 09/10/2004

MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   Dim 21 Nov 2004 - 22:12

Anariel était une chasseresse. Elle traquait ses proies comme imperturbablement, l'homme traque la femme, comme le chat guette sa proie, tapi sous les taillis, lorsque tout autour de lui, le calme apaisant torture son esprit par l'envie oppressante de tuer. Anariel pouvait, malgré cette hargne de la vie, être heureuse et s'extasiait toujours devant les merveilles de la nature, aussi bien faune que la flore. Elle avait son jardin secret où un petit ruisseau coulait, avec, en aval, une cascade de petits bonheurs et en amont, elle rêvait que le cours d'eau se noyait dans une mer, abyssale, certes, mais aussi azurée que peut l'être le ciel lorsque les nuages le laissent tranquille. Anariel, de plus avait un pouvoir: elle parlait aux arbres et aux êtres peuplant son univers qui était la forêt.. Elle n'avait jamais eu de véritable amant, car elle n'aimait pas les hommes; ceux ci manquaient de délicatesse. Sa haine s'était cristallisé en obsession, et elle était devenu une imitoyable chasseresse, non contre les animaux de la nature, mais contre les hommes, ceux qui saccageaient sa vie. Mais Anariel, par sa nature même, était profondément malheureuse car lorsqu'elle était séduite par un homme, un homoncule céphaliquen malicieux par ses facéties, lui susurrait toujours à son oreille:"Anariel, comment cet homme peut-il t'aimer, puisque cet être est un barbare. Il se moque totalement de ceux qui l'entourent et ne pense qu'à son propre plaisir." Alors, Anariel, colérique, toujours tuait ses amants, comme un lio dévore sa plaintive proie, et près de son endroit bucolique et secret s'entassaient les cadavres de ses amants souvenirs. Elle avait déjà connu l'amour, mais l'homme, un être qui avait su garder la flamme de la tendresse dans ses yeux, dans ses cheveux et dans ses gestes, l'homme était parti et elle n'avait osé crier son amour pour lui de peur de ne le voir se briser. Alors Anariel chassait depuis, pour préserver son jardin secret et pour que la forêt puisse vivre harmonieusement avec elle, Anariel traquait tous les intrus qui osaient les assaillirn elle et la forêt. Seule, elle était heureuse, tant que raisonnait dans son coeur la joie de la forêt, pleines de fruits et de bonheurs à offrir aux petits animaux de la nuit et du jour.
Un jour un homme passait par là. Il présentait un air affable et correct de loin. Mais, bien sûr cela n'était que subterfuge et apparence. Car elle avait su, en l'observant attentivement, que cet être n'était pas en paix avec lui même, mais que, colérique et fougueux, au lieu de se maîtriser et de garder son sang froid, il extériosait mal son aggressivité. Anariel ne pouvait lui donner d'excuses, pourtant et le haissait. Elle le haissait comme une feuille d'automne peut haïr le vent de ne point la laisser près de l'arbre d'où elle vient, de lui voler sa jeunesse et sa virginité. Anariel l'observait. Il titubait et marmonnait des paroles initelligibles, tempêtait, fulminait, contre qui contre quoi? Elle ne le savait. Par contre, ce qu'elle savait, c'est que cet homme était un rustre, un alcoolique, car sa figure était rubiconde et elle le ressentait ainsi. Elle avait tout d'abord pitié de lui, mais bien vite, cette pitié fut dévorée par les flammes de la haine qu'elle ne pouvait refrener. L'homme saccageait devant ses yeux la nature; et donc sa nature même, urinant sur les arbres et chassant le gibier sans vergogne, par pur plaisir. La forêt voulait le rejeter de son sein et Anariel communiait avec la nature.

Alors secrètement, discrètement, elle invoqua les esprits de la jungle pour l'aider à assouvir sa vengeance, et les arbres lui répondirent qu'ils allaient l'aider. Satisfaite, elle quitta l'homme pour continuer à chasser, toute guillerette et chantonnant des airs séculaires oubliés.

Fatigué Osor, pleutre mercenaire, était à la lisière de la forêt et observait l'immensité du desert qui s'étendait devant lui. Il était troublé haut plus haut point car il se sentait piégé par le soleil qui semblait mui chuchoter"Viens, viens me voir, envole-toi et atteint des sommets toujours plus haut, viens me visiter et consumme toi ensuite pour moi". Mais Osor ne pouvait acceder à cette requête car sa lacheté était telle qu'il se brûlait toujours les ailes à fuir les actions héroïque et seule la peur, la terreur, la colère était son quotidien. Osor était las: il se trainait, malheureux, pestant, fulminant contre tout son être. Il était vidé et cherchait une source mirifique pour se désalterer l'esprit. Alord Osor errait dans le désert, laissant son destin faire son oeuvre.

Soudain; un rugissement assourdissant arrivait à lui, et des milliers de femmes amazones se ruaient sur lui. La peur le tétanisait et son sang dans sa bouche, à cet instant, eut à la fois le goût de la peur et de la fascination. Les sublime fantômes des amazones le chargeaient et mille et une lances éthérées le transpércèrent de toutes parts. Les flots de la vie s'étaient taris en lui, et dans la forêt, un coeur serain s'égaillait.

_________________


Oniros, ange onirique
Eolonon, ange de misericorde et du vent
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: eolonon, ange du vent   

Revenir en haut Aller en bas
 
eolonon, ange du vent
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» PAZUZU Démons ou Ange ??
» In the arms of the angel (dans les bras de l'ange)
» relevés de la vitesse du vent
» Je veux une histoire à la Autant en emporte le vent!
» Nous prendrons la place d'un ange déchu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vents du Paradigme :: Salles Publiques :: Les bosquets d'Agharta-
Sauter vers: