AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 RP Rodeur

Aller en bas 
AuteurMessage
Rodeur
Petit souffle


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: RP Rodeur   Mar 29 Nov 2005 - 0:39

À l’horizon, les derniers rayons du soleil se couche, les feux lumineux commencent à se montrer dans les hauteurs du noir manteau de la nuit, l’astre lunaire apparaît quelque instant plus tard.

Un cavalier solitaire, sombre et mystérieux se fait entendre au-delà de la colline, la silhouette d’un cavalier au haut de la colline apparaît, descendant le sentier jusqu’au bas de la colline silencieusement en scelle. L’elfe noir regarda les « murs » d’enceinte de la demeure du seigneur qui lui avait fait livré un parchemin. Arrivant près de la «demeure » de la personne qu’il était venu voir, s’arrête près de l’enclosure de l’endroit, le noir cavalier descend à bas son étalon couleur minuit. Le mystérieux étranger tendit la main sur la tête de son cheval, lui chuchota quelque mots en Drows, Après avoir détendu la bête avec la même facilité qu’un Ranger, l’Elf noir caressa sa soigneuse crinière quelque instant.


Enveloppé de sa cape ténébreuse, le Drow sorti son arc de bandoulière,
Tendant la main vers son carquois finement détaillé. Il en sortit une flèche où un parchemin était enroulé autour du bois. S’arrêtant et observant la demeure soigneusement, il opta pour une fenêtre du 2ieme étage bien éclairé. Rodeur l’Elf, encocha sa flèche, bandent son Arc il visa avec panache, le coté de la fenêtre. Décochant son trait, cette dernière qui fila à tout allure se fiché dans le mur d’une résonance ahurissante, un de ces gros bruit qui vous donne des frissons dans le silence de la nuit. L’Elf noir remis son arc en bandoulière, s’en retourna près de son cheval, se remis en scelle d’un bond. Le cavalier solitaire repartit au trot tranquillement dans les ténèbres crépusculaires……….


Quand le seigneur ou un garde viendrais chercher la flèche il y trouverait un petit bout de papyrus sur lequel il était inscrit :



"Bien le bonjour à vous,


Je suis navré noble seigneur je me dois de refusé votre offre bien qu’elle soit gentille…….. et pleine de promesse de plaisir enviable pour certain. Je reste fidèle à mon alliance, car pour certain d’entre eu nous sommes frère d’arme sur le champ de bataille depuis déjà quelque temps, nous nous connaissons plutôt bien, Tous cela pour dire… que je me dois de décliner votre offre.

Alors j’espère vous reparler un jour peut-être bientôt. Quoi qu’il en soit j’ai aimé votre message.

Cordialement,
Rodeur"


Dans les jours qui suivirent, tous fut paisible. Dans les semaine qui suivirent demême...mais un soir de pleine lune......


L’astre solaire c’était couchez depuis quelque heure. L’obscurité nocturne s'assombrissait plus rapidement car les nuages envahissaient le ciel, de gros nuage gris, après un certain temps, tes gouttelettes commencaient à tomber. , l'averse prenait de l'ampleur peu à peu, pour devenir un orage dru et sans vergogne. Le vent se mettait à souffler, les éclaires commencaient à éblouir le ciel dans les ténèbres de la nuit, déchirant la tranquillité nocturne.

Un cavalier sombre, traversait au trot les longs sentiers sombres de la forêt dans la vallée. Monté sur son étalon couleur minuit, emmitouflé dans son noir manteau, battant ses flanc, deux fourreaux recourbé serti de joyaux, en bandoulière un arc de chêne blanc. Sur le dos de son cheval, derrière sa selle un objet enveloppé de soie était attaché.

il avançait tranquillement, à chacune des éclaires déchirant les ténèbres du ciel, une ombre grotesque se reflétait sur le sol au pied du cavalier, détrempé et transi jusque dans sa chair, l’étranger avançait malgré tout en direction de la demeure du grand seigneur. S’arrêtant à une trentaine de mètres des portes massives et majestueuses de l’endroit, il regarda l’ampleur de l’édifice, voyant son immensité à l’éclair qui tinta le ciel à cet instant.


Mettant pied au sol, L’inconnu s’assura de ne pas faire de geste brusque se sentant observé et visé par de nombreux garde posté dans les hauteurs de cette grande place forte. Reculant tranquillement, il prit le paquet du dos de sa monture, s’assurant que son cheval ne partirait pas au prochain coup de tonnerre, il avança lentement, sans presse qui plus est, d’un pas résolu et d’une démarche gracieuse. S’arrêtant à environ 10 pas de la porte, il déroula le tissu sans geste brusque.


Une lance à son éclat dans la noirceur de la nuit, elle était en argent, délicatement, le mystérieux personnage ploya le genoux au sol, pointant la pointe de la lance vers le sol il l’enfonça d’une flexion du poignet dans la terre boueuse à l’entré des portes. Se Redressant avec grâce et dignité, il repartit à son étalon, se retournant vers la forteresse il s’inclina humblement. Se relevant lentement, il sauta en selle. Après avoir regardé quelque instant la lance dans le sol, l’inconnu tira sur les rênes de son cheval, repartant au galop.

Attachez à une corde sur la lance, un parchemin enveloppé dans du tissu lui aussi pour ne pas être mouillé, il y était inscrit :

« Bien le bonjours à vous seigneur,je vous écriez pour vous demandez si vous accepteriez de nous rejoindre dans la guerre contre le mal »

Cordialement,

Et avec tout mon respect.

Rodeur »

Sur la lance il était gravé……… âmes justicière, loyal et au service du bien. Prenez cette arme pour la guerre contre le mal et rejoignez nos rangs contre les hordes ténébreuses.
Revenir en haut Aller en bas
 
RP Rodeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Créteil : des rôdeurs autour du collège Joliot Curie (Fontenay-sous-Bois, 94) ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vents du Paradigme :: Salles Publiques :: Les bosquets d'Agharta-
Sauter vers: